mercredi 29 avril 2009

article de présentation de l'expo paru sur le site Essonne du Parisien.

Cet article était illustré de photos extraites de l'expo.

ESSONNE - Les Ulis sont une ville nouvelle où de nombreux bâtiments, dont quelques tours, ont poussé comme des champignons dans un cadre rural. On a parfois de ces cités une représentation négative, j'ai voulu moi poser sur celle-ci un regard différent, en donner même une image... merveilleuse, à travers une exposition virtuelle créée sur un blog et intitulée : « Les Ulis, pays des merveilles ». Je suis accompagné dans cette entreprise par les textes poétiques d'une amie dont j'apprécie le talent,Monique Villain.

Tout est parti d'une fréquentation assidue du parc des Ulis. Quand j'ai découvert ce parc, je me souviens avoir eu un peu la même sensation qu'à Central Park où l'on distingue des tours au delà des arbres... Oui, quelque part un faux air de Manhattan en ce lieu, c'est déjà une idée valorisante.

Les tours ne sont pas laides en elles-mêmes : la variation des tailles et des formes voulues par l'architecte empêche toute uniformité ennuyeuse. Et les changements de la lumière jouent remarquablement sur leur aspect, allant jusqu'à, certains jours et à certaines heures, les rendre belles. Ainsi on peut voir (photo 2) comme la lumière d'avril, un jour un peu orageux, peut en créer une image splendide.

Le spectacle peut même devenir quasiment fantastique quand vient le soir (photo 6) ou enchanteur (photo 7). Ainsi les Ulissiens, s'ils veulent y porter attention, ont constamment de la beauté sous les yeux. Nul besoin par exemple d'aller à Honolulu pour voir de beaux couchers de soleil (photo 8). Même les pylônes électriques qui bordent le centre commercial peuvent s'intégrer, au coucher du soleil, dans un splendide tableau (photo 9).

Clou de la ville, le parc des Ulis est un véritable pays des merveilles qui accueille de nombreux oiseaux (oies, héron, poules d'eau, cols verts, mouettes, toutes sortes d'oiseaux et notamment de passereaux magnifiques (mésanges,fauvettes de différentes espèces...). Un soir de février, j'ai eu la chance d'y croiser ce superbe canard mandarin (photo 10).

Les Ulis restent une ville à la campagne : passée la voie rapide qui borde le centre commercial,on se retrouve en pleine ruralité et, selon la saison, la splendeur de la nature entretenue par l'homme s'offre à nous (photos 11 et 12).

Je conclus avec les mots de mon amie poète, Monique, qui a eu la gentillesse de me faire part de sa réaction bien indulgente :

"L'artiste donne à voir l'harmonie, la grâce,la profondeur dans ce qu'on côtoie chaque jour. Les tours étouffantes, raides, baignant les pieds dans l'eau se regardent et vivent, et le plan d'eau devient miroir, accueillant tout ce qui se passe. Création d'une unité contrastée par les lumières changeantes.

Vive les Ulis, U comme tours et lis comme la peau des plans d'eau". Monique Villain.

(Texte modifié par la rédaction de YOU).

Exposition à voir sur www.jmsatto.blogspot.com.

Photographies de JMSattonnay.

Ce travail a retenu l'attention de la commune des Ulis : article dans le journal local de mars, video  portrait du photographe sur Webtv mairie des Ulis et Télessonne depuis le 25/6/10.
  Il a récemment aussi intéressé la presse régionale:article dans le Républicain du 6 juin,article dans la partie Essonne du Parisien.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire