mardi 9 juillet 2019

MAI 2019 AU PARC NORD:


HOMOSEXUALITE CHEZ LES CANARDS AU PARC: eh oui, ca existe aussi chez les canards. Ce n'est pas la petite cane blanche à qui ce colvert faisait son affaire cet après midi, mais bien au canard blanc mâle. L'assaut est brutal, on pourrait croire que l'assaillant veut noyer sa proie (image 2). Cela s'apparente plutôt à un viol, car M. Canard blanc n'est pas consentant, si l'on en croit l'image 3 !!! 21/5/19.




On avait déjà remarqué que les INSEPARABLES étaient bien souvent 3 maintenant: Monsieur, Madame, et un certain Colvert avec lequel Monsieur aimait de temps en temps passer du temps, délaissant alors sa compagne. Rien ne prouve cependant que le gentil compagnon de Monsieur soit aussi l'agresseur de l'image. Cela peut être un autre canard

lundi 8 juillet 2019

AUTOPSIE D'UNE PRAIRIE - BILAN DE L'OPERATION PRAIRIE FLEURIE ET PROPOSITIONS . Juillet 2019.

Cette prairie, proche des ruches, avait été abondamment ensemencée par le groupe J'aime le parc Nord au printemps. En juillet, que constate-t-on ?
1) Deux espèces ont largement proliféré : une variété rouge ( à gauche du terrain), une variété bleue (à droite).
Ces deux variétés proviennent-elles de nos semis?
Rien n'est sûr.
Elles apparaissent en groupes ici et là dans la prairie, ce qui correspond à nos semis discontinus (car nous n'avions pas les moyens de préparer la terre sur toute la surface du terrain). Cependant, nous avons constaté que ces espèces sont parfois présentes ailleurs dans le parc, en moins grand nombre, et donc il est vraisemblable que ce sont plutôt des fleurs sauvages..


2) Pour ce qui est des espèces semées, c'est un échec: ici ou là, une fleur ou deux de quelques espèces ont réussi  à émerger, c'est tout.
Nos semis ont donc très peu pris.
Nous avions mis du terreau avant de semer les graines, mais sans doute trop superficiellement. En dessous, le sol était dur et donc peu propice au développement des fleurs.
Dans le jardin ou les jardinières de balcons de certains membres du groupe, les mêmes espèces ont prospéré: la terre en dessous était meuble.
Conclusion:
Nous n'avons pas les moyens humains et techniques pour travailler davantage la terre.
Obtenir une vraie prairie fleurie, il faut le reconnaître, paraît hors de portée pour nous.
3) S'ajoutent à ces fleurs des espèces de prairie qu'on trouve un peu partout dans le parc. Comme le terrain proche de la ruche a échappé à la tonte, on y voit des ensembles floraux absents par exemple de la zone voisine tondue.
Il suffit d'entrer un peu dans la prairie pour voir s'envoler toutes sortes d'insectes ailés, à commencer par des papillons assez nombreux.
En soustrayant le terrain à la tonte, nous avons donc au moins créé une zone favorable à la biodiversité.

4) Conclusion:
1- Je pense que nous devons renoncer à d'autres ensemencements en tant que groupe JLPN, car nous n'avons pas les moyens humains et techniques de travailler davantage la terre.

2- En revanche, nous nous sommes aperçus que ce terrain , autrefois voué à une prairie fleurie, avait un fort potentiel de fleurissement en matière de fleurs sauvages: nous avons été surpris d'y trouver de nombreuses orchidées sauvages (y compris un pied de sabot de Vénus qui n'a pas pu fleurir car malencontreusement rasé par la tondeuse); et par ailleurs centaurées et fleurs de chicorée sauvage y abondent (alors qu'elles sont peu présentes ailleurs dans le parc); des marguerites y poussent, et toutes sortes de fleurs sauvages de saison répandues aussi dans le parc, mais régulièrement victimes des tontes. De plus, il suffisait de s'avancer dans la prairie pour voir s'envoler toutes sortes d'insectes, papillons, bourdons ou autres.
Nous proposons donc que cette prairie proche des ruches soit sanctuarisée et vouée à la biodiversité. Sa présence à proximité des ruches le justifie aussi.
D'autre part, la présence des ruches fait que ce n'est pas un lieu forcément où s'attarder, ou pique niquer: des essaims s' y forment souvent, et il est arrivé à plusieurs d'entre nous d'être attaqués et même piqués par des abeilles que notre présence proche des ruches rendait agressives.

3) Nous pensons aussi que les services techniques devraient enrichir encore le potentiel de fleurissement du site en reprenant l'idée de la prairie fleurie: pourquoi ne pas y semer des vivaces, après avoir travaillé correctement la terre. Au moins , il n'y aurait pas à racheter des fleurs chaque année?

   *BELLE FLORAISON DE FLEURS ROUGES  (CENTAUREES ) A GAUCHE DU TERRAIN:
                               









                                     Des fleurs appréciées des papillons et autres insectes.

    *A DROITE DU TERRAIN, NOMBREUSES FLEURS BLEUES (CHICOREE SAUVAGE).

          Elles ont la particularité de se fermer le soir, on ne peut donc les admirer que le matin...









FLEURS AUTRES ISSUES DE NOS SEMENCES (présence ponctuelle):



Cas particulier :cette lysimaque a été non pas semée mais transplantée depuis son jardin par un des membres du groupe . C'est une vivace, et donc elle refleurira l'an prochain.

FLEURS DE PRAIRIE AUTRES:
Elles varient suivant les saisons.  En juin, on a encore des marguerites sans doute issues d'une ancienne prairie fleurie. En juillet, cette variété jaune est notamment très présente, comme partout dans le parc:



Ou celle-ci :


                                                                 * A VOIR AUSSI:
                                  L'HISTORIQUE EN IMAGES de l'action PRAIRIE FLEURIE.
                                  Cliquer sur:
                        https://jmsatto.blogspot.com/2019/04/reconstitution-dune-prairie-fleurie-au.html
                         

mardi 11 juin 2019

LE GROUPE J'AIME LE PARC NORD DES ULIS ETAIT EN SORTIE AU CHATEAU DU MARAIS DIMANCHE 9 JUIN 2019.

Après la découverte du domaine de SEGREZ à SAINT SULPICE DE FAVIERES  en mars à l'occasion d'une visite ornithologique organisée dans le parc du château, des membres et sympathisants du groupe J'AIME LE PARC NORD sont partis de nouveau à la découverte des beautés du HUREPOIX dimanche 9 juin 2019: cette fois , c'est le château du MARAIS et son parc qui étaient l'objet et le cadre de cette 2e sortie de l'année.
Au programme: pique nique dans l'orangerie (par crainte de la pluie),visite des lieux guidée par JMS - le tout avec l'amicale autorisation de Mme de Bagneux, la propriétaire. Puis diaporama sur le Hurepoix suivi d'un QUIZ mené par JMS efficacement assisté d'Yvette Roussel, dans la belle salle à manger du château.
Le groupe pose devant le majestueux château de la fin du XVIIIe siècle construit pour Jean Lemaître de la Martinerie, un financier de Louis XV. Photo : Louis Ernest Pancrate.

De g à dr : Michèle Q , Yvette, Francine , Anita , Viviane, Mauricette, JM, Valérie, Nicolas, Michèle L, Louis Ernest, Jean-Jacques, membres ou sympathisants du groupe J'aime le Parc nord.
    Photo: Dan.

Photo:JM.

LE PIQUE NIQUE DANS L'ORANGERIE:

De g à dr: Michèle L, Nicolas, Michèle Q, Anita, Dan (alias Danar des Ulis).Photo:JM.

De g à dr: Louis-Ernest,Yvette, Valérie et sa famille: Jean-Jacques, Viviane et Mauricette; et enfin Francine. Photo: JM.

Une autre prise - Photo: JM.


Mme de Bagneux, propriétaire du Marais, vient à notre rencontre pour nous saluer et régler quelques détails concernant la projection du diaporama.
   Photo: Louis -Ernest Pancrate.

                                          VISITE GUIDEE DES LIEUX:

Vers 14h: début de la visite guidée des lieux par JM, qui connaît bien le château. Il sera question de l'évolution du domaine, de la construction du château, ou de son style très inspiré de l'antiquité gréco-romaine...,
    Photo: Louis Ernest Pancrate.

L'exposition présente dans l'orangerie permettra d'évoquer 3 époques du domaine: celle de la construction du château pour Jean Lemaïtre (fin XVIIIe s); celle ensuite où la propriétaire, Mme de La Briche, nièce du précédent, accueillit dans son salon du Marais, chaque été, les célébrités de l'époque (comme Chateaubriand) et y organisait des fêtes (fin XVIIIe-début XIXe) avec le concours du fabuliste Florian; l'époque enfin (début du XXes) où la famille Talleyrand arriva au Marais, à la suite du mariage d'Anna Gould, une riche américaine qui avait acheté le château, et d'Hélie de Talleyrand-Périgord, descendant d'un frère de Talleyrand. Les propriétaires actuels sont les petits enfants de ce couple.
     Photo: L.E.Pancrate.

On apprendra aussi que si deux pièces (dans l'orangerie et dans l'ancienne écurie) sont consacrées à la Courlande, c'est que la famille propriétaire descend aussi du duc de Courlande (Lettonie actuelle),dont la fille, Dorothée, épousa Edmond de Talleyrand-Périgord, neveu de Talleyrand et leur ancêtre.
Photo: buste du duc de Courlande par L.E.Pancrate

                         LE DIAPORAMA ET LE QUIZ:
15h: on se rendit, non dans le grand salon, encombré par le matériel d'une équipe de tournage de film en cours au Marais, mais dans la belle salle à manger du château, d'habitude inaccessible, pour la projection du diaporama IMAGES DU HUREPOIX de votre serviteur. Elles ont été prises entre 2009 et 2016 avec l'idée de valoriser la région. J'ai parcouru tous ses recoins, souvent tôt le matin ou tard le soir, pour essayer de capter les "instants magiques" qu'on pouvait y surprendre…

NB: la plupart des photos projetées sont visibles sur le site JMSPHOTOGRAPHIES ( Voir les séries de photos commençant par l'expression IMAGES DU HUREPOIX) sur:

Mais qu'est-ce que le Hurepoix, quelles sont ses limites, à peu près fixées après beaucoup de fluctuations par les cartographes du XVIIe et XVIII e siècles ? La projection de la carte ci-dessus, établie par les frères SEIGNOLLE dans les années 1930, nous a permis de répondre à cette question.
(Cliquer sur la carte pour l'agrandir).

Après la projection, JM  et Yvette ont animé un QUIZ sur le Hurepoix, qui a permis sans doute de révéler aux assistants, de façon ludique, plusieurs détails intéressants sur la région.
 Photo: L.E.Pancrate.

Et quelques privilégiés qui s'étaient attardés dans la salle de projection ont eu accès grâce à la gentillesse de Mme de Bagneux au délicieux salon de Mme de la Briche qui d'habitude ne se visite pas…
Et pour finir…
UN PETIT APERCU DU DOMAINE EN IMAGES:

Château se reflétant dans le miroir d'eau.
Photo: L.E. Pancrate.

Détail du visage d'Apollon (symbole de beauté) entouré de deux cornes d'abondance (symbole de prospérité): goût du beau et prospérité, deux aspects que le premier propriétaire du château voulait mettre en avant.
Photo: L.E. Pancrate.

Les dépendances du XVIIe siècle  (colombier, écurie, orangerie…) subsistent et abritent le musée du château. Le château de style Louis XIII de la même époque a été rasé et remplacé par le château actuel.
Photo: L.E. Pancrate.

La très longue pièce d'eau est un des fleurons du domaine.
Photo: L.E. Pancrate.

L'ancien moulin a été remplacé par une élégante "fabrique" : ce type de construction décorative était typique des parcs à l'anglaise de la fin du XVIIIe et du début du XIXe s.
Photo: L.E. Pancrate.

Mais l'écluse du moulin sur la Rémarde est, elle, toujours bien là.
Photo: L.E. Pancrate.


Vue arrière du château - Photo: JMS.

Une colonie d'oies bernaches du Canada a élu domicile dans le parc du château. Plusieurs couvées d'oisons étaient visibles. Photo: JMS.

Beaucoup d'eau ici, et beaucoup de calme: un couple de grèbes huppés a trouvé l'endroit à sa convenance. Photo: Dan.

Le flanc est des dépendances est  bordé par une douve, héritage médiéval.
Photo: JMS.

On peut voir de très beaux arbres dans ce domaine, comme ce saule pleureur.
Photo: JMS

La route qui longe le domaine du Marais est encadrée de magnifiques platanes.
Photo: JMS

Ils forment une belle voûte de feuillage devant l'entrée du château.
Photo: JMS

* EN SAVOIR PLUS SUR LE HUREPOIX :
cliquer sur:

* LE DOMAINE DU MARAIS : photos  de JMS extraites du DIAPORAMA "IMAGES DU  HUREPOIX" :
cliquer sur:

*EN SAVOIR PLUS sur le CHATEAU DU MARAIS ET SON HISTOIRE :

- Les TALLEYRAND et le château du MARAIS :

- Les grandes heures du château du Marais :

-L'exposition COURLANDE au château du Marais:

* SUR LE GROUPE "J'aime le parc nord des Ulis", voir:




* Le château du Marais est ouvert au public tous les dimanches et les jours fériés à partir de 14h du 15 mars au 15 novembre.
Entrée: 8 euros. Gratuit pour les enfants de moins de 12 ans accompagnés.
Tous renseignements sur le site du château: